Vers les flux rssVers la page facebook de l'ORECAVers la page Youtube de l'ORECA

Bienvenue

Mot de passe oublié ?

Accès membres
Envoyer par mail

Gestion documentaire

  • Fichier : > Télécharger le fichier "Bilan_européen_des_ENR_2011.pdf" (12.54 Mo)

    EurObserv’ER collecte des données sur les sources d’énergies renouvelables de l’Union européenne afin de décrire, dans des baromètres thématiques, l’état et la dynamique des filières. Ce dossier offre un tour d’horizon complet des différentes filières renouvelables, complété par des notes de synthèse. Ces filières sont analysées à l’aide de différents indicateurs de type énergétique. Leurs performances sont comparées aux niveaux fixés par chaque pays dans son plan d’action national.

  • Fichier : > Télécharger le fichier "Rapport_cogeneration_VFIN.zip" (1.54 Mo)

    L’objectif de cette étude est de fournir un état des lieux des unités de cogénération en région Provence-Alpes-Côte d’Azur selon l’aspect quantitatif : informations administratives (sites, exploitants, gestionnaires, propriétaires), secteur d’activité, données techniques (énergie utilisée, puissance installée, production annuelle,…), données contractuelles (type de contrat, période couverte par le contrat) et le cas échéant, données financières.

    En synthèse, le parc régional des équipements de cogénération en service au 14 décembre 20101 est de 47 unités2 (cf tableau 1). La puissance totale est de 320 MW électrique et de 750 MW thermique. La production annuelle d’énergie est de 1.059 GWh d’électricité et de 1.204 GWh de chaleur. Pour la totalité des installations, le combustible utilisé est le gaz naturel. La consommation s’élève à 3.132 GWh (PCI). Ainsi, l’ensemble des unités de cogénération de la région consomme les 3.132 GWh de gaz naturel pour produire 2.263 GWh d’énergie (électriciyé + chaleur). Le rendement moyen global s’élève ainsi à 72%.

  • Fichier : > Télécharger le fichier "ELPE_VFIN.zip" (8.5 Mo)

    Le projet d’Etat des Lieux de la Précarité Energétique (ELPE) a été monté pour engager un travail d’échanges et de mutualisation des expériences avec les acteurs de la pauvreté et de la précarité énergétique en Provence-Alpes-Côte d’azur et de pointer les besoins des territoires sur cette problématique. Il vise à mieux caractériser le problème de la précarité énergétique en région et encourager l’émergence d’une dynamique structurée de réalisation d’actions.

      Le projet a été mené en deux grandes étapes, avec dans un premier temps un état des lieux à l’échelle régionale puis l’élaboration d’une méthodologie de diagnostic à l’échelle territoriale en s’appuyant sur quatre territoires pilotes (haut Vaucluse - CEDER, Alpes de Haute Provence - PACT 04, le Parc Naturel Régional du Verdon et la Communauté du Pays d’Aix)

  • Fichier : > Télécharger le fichier "Panels_GfK_-_evolution_98-2011.xls" (152 Ko)

    L’objectif de ces travaux ont été de quantifier, à l’échelle régionale, les chiffres de vente des équipements électroménagers (lave-linge, lave-vaisselle, congélateurs et réfrigérateurs) ainsi que des différents types d’éclairage (halogènes, LED, fluocompactes,…). Cet inventaire a permis de classer les différentes ventes en fonction de la performance énergétique du matériel considéré soit en puissance d’éclairage, soit en fonction de l’étiquette énergétique (de A++ à G).

      Mis en comparaison avec la même étude réalisée en 2001 et 2008, les résultats ont permis de voir l’évolution des choix des consommateurs sur ces types de produits. Les variations générales des ventes en valeur absolue permettent également de visualiser l’évolution des masses de vente dans ces secteurs.

  • Fichier : > Télécharger le fichier "Rapport_final__VFIN__01.pdf" (552.23 Ko)

    Dans le cadre de la lutte contre le changement climatique, le Grenelle de l’environnement vise à réduire de 11 % le CO2émis par les transports d’ici 2020. Pour développer des pratiques de mobilité durable, les trajets quotidiens liés au travail et aux études constituent un terrain d’action privilégié. En Provence-Alpes-Côte d'Azur, les marges de progrès sont importantes. En effet, actifs et étudiants émettent en moyenne 129 grammes de CO 2 par km pour se rendre sur leur lieu d’activité. Sur ce critère d’efficacité carbone, la région ne se place qu’au 15ème rang des régions françaises. Le caractère urbain du territoire est pourtant un atout qui devrait se traduire par un recours plus fréquent aux transports collectifs. Deux raisons principales expliquent ce taux élevé : un usage de l’automobile très fréquent dans les villes (en particulier à Marseille, et sur les longs trajets) ainsi qu’un parc automobile ancien. Plusieurs leviers peuvent être actionnés à l’échelle locale comme développer les réseaux et services de transports durables, prendre des mesures réglementaires ou encore agir sur l'urbanisme.

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21